• D'ou je viens? Quelles sont mes racines?

     

     


    Quelles sont mes racines ? La question est loin d’être anodine. Il est important, en ces temps troublés, de savoir d’où l’on vient pour pouvoir se repérer dans le temps et dans l’espace, se positionner par rapport à notre environnement et nos concurrents, et fixer un sens à son action. J’emploie ce mot « sens » dans sa double acception, à la fois direction et signification. Nous avons tous besoin de connaître notre histoire et celle de nos aïeux. Nos enfants et petits-enfants pointent souvent leur doigt sur nos vieilles photos en noir et blanc et nous interrogent : « c’est qui ? », « où c’était ? », « c’était quand ? »…

     
    Partant de ce constat, selon lequel le fait de retracer son parcours nous rassure, nous enracine et nous permet de mieux appréhender l’avenir, il devient normal que chaque nouveau militant ou adhérent nous pose des questions sur les origines de la CFTC et souhaite comprendre ce qui s’est passé en 1964 lorsqu’une poignée de militants ont décidé de maintenir la CFTC, contre une majorité partie fonder la CFDT. Voici quelques dates pour se rafraichir la mémoire :

     

      • 1887 : création du premier syndicat chrétien (il est aujourd’hui attesté qu’il s’agit du syndicat chrétien des VRP), d’autres, très nombreux suivront

     

      • 1919 : création de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens, la première organisation syndicale réformiste par opposition à la CGT révolutionnaire.

     

      • Novembre 1964 : scission de la CFTC. Une majorité de militants qui souhaite faire évoluer la CFTC se prononce en faveur du changement de statut et adopte un programme syndical davantage tourné vers l’unité d’actions avec la CGT et l’opposition politique au chef de l’Etat. Une poignée de militants qui considère cette stratégie comme une rupture avec la tradition d’indépendance de la CFTC à l’égard des partis politiques et des idéologies, décide de maintenir la CFTC.

     

      • 1966 : la CFTC redevient représentative en vertu d’un arrêté ministériel

     

      • 1978 : adoption du « rapport Moreau » par la CFDT qui préconise un retour aux sources du syndicalisme et de l’indépendance, donnant ainsi raison (sans le dire) à ceux qui ont maintenu la CFTC en 1964.

     

      • 2008 : une loi fixe de nouvelles règles de représentativité syndicale en les fondant sur les élections en entreprise.

     

      • 2013 : la CFTC est reconnue représentative.

     

    Retracer ainsi l’histoire en l’enracinant sur des faits et des textes auxquels tout un chacun peut se référer, c’est rétablir la vérité de notre belle et chère CFTC. C’est aussi rendre hommage à nos aînés et passer le relais aux jeunes générations auxquelles il appartiendra de brandir avec fierté les valeurs humanistes de la CFTC.

     

     

    Pascale Coton
     
    Secrétaire générale

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :